EUROPE’S PUBLISHERS SLAM GOOGLE FOR ABUSIVE BEHAVIOUR AS FRANCE ADOPTS EU COPYRIGHT DIRECTIVE

Google’s unilateral decision to remove short extracts from search results in France following the French Government’s adoption of the publisher’s [neighbouring] right, in line with the new EU copyright directive, is an abuse of monopoly and contrary to a law designed to incentivise licensing and defend the press and democratic debate.

European Publishers Council (EPC) Executive Director Angela Mills Wade said: “Google’s behaviour is unacceptable.  This move is a flagrant, albeit predictable, abuse of monopoly power by a company that feels it can set the rules and expect everyone else to fall in behind.  We would question why one of the most innovative companies in the world would choose to diminish their own product, limit access to a diversity of news and professional journalism, rather than talking to publishers and agreeing terms to enhance their product to the benefit of publishers, journalists and consumers.

“The EU copyright directive was designed to level the playing field between monopolies and rightholders, creating incentives to licence.  With this action, Google is proving exactly why this directive was necessary.”

The French Government is expected to challenge Google.

Google statement:

https://france.googleblog.com/2019/09/comment-nous-respectons-le-droit-dauteur.html?m=1

German publishers statement: https://www.bdzv.de/nachrichten-und-service/presse/pressemitteilungen/artikel/detail/google-missbraucht-seine-marktmacht-gegen-publisher/

French publishers’ statement (Alliance de la Presse) :

Paris, le 25 septembre 2019

À l’occasion d’une conférence de presse ce jour, les éditeurs de l’Alliance de la presse d’information générale, ont appris la décision unilatérale de Google de ne plus afficher les très courts extraits des titres compte tenu de l’entrée en vigueur le 24 octobre prochain de la loi créant un droit voisin pour les éditeurs et agences de presse.

Cette décision qui n’a donné lieu à aucun échange ni aucune concertation apparaît comme un véritable contournement de l’esprit de la loi française et plus largement de la directive européenne. Elle marque, encore une fois, la volonté de Google de ne pas respecter les règles et d’abuser de sa position dominante pour imposer sa propre loi.

Surtout elle est en contradiction totale avec les déclarations et autres professions de foi constantes de Google en faveur de la presse et notamment de l’importance de son soutien pour le débat démocratique.

Par-delà la stupéfaction et la colère que provoquent cette attitude de Google, les éditeurs de presse de l’Alliance, forts du soutien du Gouvernement et des parlementaires ainsi que celui de leurs confrères éditeurs européens, entendent solidairement réagir et mettre tout en œuvre pour qu’un véritable partage de la valeur avec les plateformes et les principaux acteurs numériques devienne une réalité.